Vous êtes ici Accueil > Recherche & Formation

Laboratoire de Virologie

I- Laboratoire de Virologie

a. Détermination de protection croisée des souches vaccinales contre les souches sauvages virulentes de la maladie de Newcastle à Madagascar. (Dr. Zanamasy Colette de l’IMVAVET et Dr. Maminiaina Fridolin du DRZV)

Cette collaboration entre les deux entités vise à décortiquer l’aptitude à la protection du vaccin PESTAVIA® contre les souches circulantes APMV-1 (Génotype IX) de la maladie de Newcastle à Madagascar. Il y est question d’apprécier la protection contre la mortalité et/ou la morbidité des animaux et particulièrement d’éclaircir le phénomène d’excrétion virale des animaux vaccinés.

b. Production du vaccin expérimental à I2 contre la maladie de Newcastle. (Dr. Raberiaka Tahiana et Mr. Rakotondravony Fidison de l’IMVAVET)

Il s’agit de continuer l’essai de production d’un vaccin thermostable contre la maladie de Newcastle. Autrement dit les multiples passages de la souche I2 sur les œufs embryonnés jusqu‘ à l’obtention d’un titre stable garantissant le caractère protecteur d’un bon vaccin. Cette production sera suivie d’étude des possibilités de voie d’administration du vaccin pour la meilleure réponse humorale.

c. Adaptation du vaccin PESTAVIA® pour les canards. (Dr.Raberiaka Tahiana et Dr.Colette Zanamasy)

Dans cette étude, l’on veut connaître la sensibilité des canards (palmipède) vis-à-vis de PESTAVIA® vaccins destiné pour la protection des gallinacés. Cette innovation, pour cette année, vise des résultats préliminaires qui seront disponibles vis à vis de la sensibilité des canards au PESTAVIA® ainsi que la mise au point éventuel dans l’avenir du vaccin PESTAVIA® adapté au protocole de vaccination des canards.

d. Amélioration du vaccin antirabique de l’IMVAVET. (Dr. Rasamoel Patrick de Valois et Mr. Mamy Rakotondramary)

L’IMVAVET, Leader dans le processus d’éradication de la rage à Madagascar, projette de produire un vaccin antirabique inactivé et multidose pour endiguer le fléau prioritairement chez l’animal d’abord. Néanmoins, l’innovation exige des acquisitions nouvelles des matériels biologiques ainsi que des collaborations multiples avec tous les partenaires potentiels à la disparition de la rage à Madagascar.
Cette activité de recherche sera reprise suite de la rénovation du Laboratoire de Virologie de l’Institut.